Géologie de la France

Etude des sols - Pédol...

Notion de terroir viti...

Livres de géologie

Livres de pédologie

Livres sur les terroir...

Géologie de la France

Le Massif du Jura > Tous les articles

Située à l’est de la France,  la chaîne du Jura s’étend  sur environ 250 kilomètres de long et 70 km de large, entre la Forêt Noire au nord et le Bas Dauphiné au sud,  sous la  forme d’un croissant montagneux, dont la convexité est face au nord-ouest. Le massif du Jura limité à l’ouest par la plaine de la Bresse et à l’est par le sillon molassique suisse s’étend sur les départements du Doubs, du Jura, de l’Ain, et sur une partie des départements de la Haute Savoie et de la Savoie. Il recouvre  la Franche-Comté et déborde sur le Bugey et la Savoie au sud. 

Plusieurs dépressions bordent le massif : à l’ouest  le fossé Bressan (plaine de la Bresse),  à l’est  le sillon molassique suisse,  et  du lac Léman à Chambéry  le sillon molassique de l’avant-pays savoyard. L’avant-pays savoyard sépare le massif du Jura du massif des  Alpes

Le massif se divise en deux zones :

  • le Jura des plateaux à l’ouest ou Jura externe.
    Cette zone est formée par deux grands niveaux de plateaux, dénommés Premier et Second Plateau. Le premier plateau situé le plus à l'ouest atteint une altitude de 600-700 m, le second plus à l'est atteint une altitude de 900-1 000 m.Les vignobles reposent sur les reliefs en bordure du premier plateau appelé le plateau lédonien et sur un ensemble de collines installées en avant de ce plateau sur une zone faillées et plissées appelée Revermont ou faisceau lédonien.

    Château-Chalon - Vignoble sur les versants pentus qui bordent le village de Château-Chalon.  © M.CRIVELLARO

    Château-Chalon - Vignoble en borddure du premier plateau sur les versants pentus qui bordent le village de Château-Chalon.

  • le Jura des crêtes ou Jura interne à l’est ou haute chaîne.

 

Les régions naturelles

Le massif se divise en plusieurs régions :

  • Le Bugey  la partie la plus au sud du massif.
  • La Petite Montagne,  région d’altitude moyenne au relief très plissé  borde le Bugey au nord.
  • Le Revermont à l’ouest, zone des vignobles installée sur le faisceau lédonien borde la plaine de la Bresse.
  • Les Avant-monts, au nord du Revermont.
  • Les Premier et Deuxième Plateaux forment deux marches successives d'ouest en est qui permettent de s’élever à près de 1 000 mètres d'altitude.
  • La Haute Chaîne, ou Jura des crêtes à l’est forme le relief  le plus élevé. Il comprend au sud le Jura plissé dont font partie les Hautes Combes. C'est sur cette partie que l'on retrouve les plus hauts sommets jurassiens : Crêt de la Neige, Reculet, Crêt Pela, Crêt de Chalam, Grand Colombier, Mont d'Or, Chasseron, etc.)
 
Carte des reliefs et régions du Jura.
 

 

Chronologie des formations géologiques du Jura, de la Bresse, du bas Dauphiné, de l’avant pays savoyard

 

Au Paléozoïque ou ère primaire
- Au Carbonifère, la surrection de la chaîne hercynienne affecte la région du Jura, de la Bresse, du bas Dauphiné et de l’avant-pays savoyard. Les roches (granite, gneiss, schistes et roches volcaniques) mises en place lors de l’orogenèse hercynienne, compressées, puis rabotées par l’érosion  vont former le socle du Jura, de la Bresse, et de l’avant-pays savoyard.
- Au Permien, l’érosion intense rabote les massifs hercyniens, aplanit les reliefs et transforme la région en une vaste pénéplaine.

Au Mésozoïque  ou ère secondaire
De grandes quantités de sédiments se déposent en couches horizontales épaisses  sur toute la région. Elles forment aujourd’hui l‘ossature des monts du Jura.

Chronologie des formations mésozoïques:
- Au Trias,
la mer va recouvrir toute la région de la Bresse, du Jura et du bas Dauphiné. Elle va effectuer plusieurs allers et retours. De grandes lagunes vont se former. Au cours de ces transgressions et régressions marines vont se déposer des couches de sédiments marins (argiles, marnes, calcaires) et   par évaporation des couches de sel et de gypse.
Les couches de sels et de gypse  vont permettre au Cénozoïque le glissement de la couverture sédimentaire sur la Bresse et le plissement de la chaîne du Jura.
- Au Jurassique et au Crétacé
une mer de profondeur variable  dépose d’épaisses couches de calcaires et de marnes (Marnes au Lias épaisseur 80 à 150 m, calcaires à entroques, calcaires oolitiques, marnes au Bajocien 150 à 200 m).
- A la fin du Crétacé, il y a 65 Ma, la mer quitte la région.

Au Cénozoïque ou ère Tertiaire
La région est émergée, la mer s’est retirée. La surrection des Alpes résultant de la collision de la plaque africaine et de la plaque européenne va connaître son paroxysme. Les effets de l’orogenèse alpine et les contraintes tectoniques qui l’accompagnent vont se répercuter  de manières différentes sur  une grande partie de la France (Morvan, Bourgogne, Vosges, …)  et individualiser  les régions de la Bresse, de la Dombes, du Jura, de l’avant-pays savoyard et du bas Dauphiné.

Chronologie des formations cénozoïques

- A l’Eocène (-55 à -34 Ma),
sous la poussée de la plaque africaine qui compresse la plaque européenne, les Alpes se soulèvent, le socle de la région du Jura et de la Bresse se bombe. Les reliefs soulevés s’érodent.
- A l’Oligocène (-34 à -24 Ma),
la phase de forte compression des deux plaques est suivie d’une phase de distension  qui provoque l’ effondrement de la Bresse et la formation d’un large fossé de direction nord-sud  appelé fossé Bressan entre la Côte d’Or et le Jura.
Le fossé Bressan alimenté  par les cours d’eau qui descendent des reliefs environnants, se présente comme un grand lac à influences lagunaires. Il va au fur et à mesure de son effondrement  se remplir d’alluvions fluviatiles arrachés aux bordures.
Cette phase de distension est également à l’origine de la formation de la plaine d’Alsace, de la Dombes, des Limagnes, du bas Dauphiné et de la basse vallée du Rhône.
Autour de la chaîne des Alpes, les contraintes de compression empilent les matériaux, les uns sur les autres, un affaissement généralisé du socle met en place autour de l’arc alpin un sillon périphérique qui jouxte la région du Haut Jura appelé sillon molassique suisse en Suisse et sillon molassique de l’avant-pays savoyard en France, du lac Léman jusqu’au lac du Bourget et Chambéry. Cette dépression va se remplir de grandes quantités de matériaux alluvionnaires détritiques (sables, graviers, argiles) arrachés par l’érosion aux massifs environnants. Ces matériaux vont se consolider en conglomérats et en en grès à ciment argilo-calcaire appelés molasses.

Pont-de-Beauvoisin, Isère. Molasses de l’avant-pays savoyard  dans le bas Dauphiné.  © M.CRIVELLARO

Pont-de-Beauvoisin, Isère. Molasses de l’avant-pays savoyard  dans le bas Dauphiné.

Pont-de-Beauvoisin, Isère. Gros plan sur les molasses (sables, graviers, argiles).  © M.CRIVELLARO

Pont-de-Beauvoisin, Isère. Gros plan sur les molasses (sables, graviers, argiles).

- Au Miocène (-23 à -5 Ma),
la surrection des Alpes se poursuit. Le sillon molassique suisse et l’avant-pays-savoyard s’approfondissent et se remplissent de matériaux détritiques. La mer revient depuis la Méditerranée par la vallée du Rhône envahit le fossé bressan jusqu’à Lons-Le-saunier, l’avant-pays savoyard  et le sillon molassique suisse et dépose des éléments fins marno-sableux : sables, graviers, et argiles
- A la fin du Miocène,
sous la poussée des Alpes qui se soulèvent, la couverture sédimentaire qui recouvre le socle du Jura se décolle au niveau des couches salifères du Trias glisse vers l’ouest et se plisse.

Les reliefs suivants se forment :

- Le Haut Jura ou Jura des crêtes
Dans la partie est du Jura, les couches secondaires épaisses, déposées sur le socle du Jura, proches des Alpes se plissent fortement et donnent naissance au Haut Jura.

- Les faisceaux
A l’ouest, posées sur des couches d’argiles salifères et gypsifères du Trias,  les couches secondaires poussées par la plaque africaine ne rencontrant pas d’obstacle, glissent et s’avancent  jusqu’à une dizaine de kilomètres sur le fossé bressan. Reposant  sur les couches tertiaires tendres du fossé bressan, la partie avancée de la couverture   se fracture, et s’érode fortement. Les couches de calcaire jurassique du Bajocien vont disparaître, laissant affleurer les marnes et calcaires du Lias et du Trias. Ces zones faillées, plissées qui bordent le premier plateau  et la chaîne du Jura sont appelés faisceaux : faiceau lédonien, faisceau salinois, faisceau d’Ambérieu, Revermont,… Ils forment le  piémont de la chaîne jurassienne et constituent la zone plissée du Vignoble
Les vignobles du Jura sont implantés principalement dans le Revermont et le faisceau Lédonien.

Pupillin - Vue générale du vignoble depuis le belvédère route de Buvilly.  © M.CRIVELLARO

Pupillin - Vue générale du vignoble depuis le belvédère route de Buvillysur le piémont de la chaîne jurassienne : le faisceau lédonien.

-Les plateaux
Entre les contreforts   et la Haute chaîne du Jura,  la couverture sédimentaire d’age secondaire composée de séries triasiques et   jurassique s’est mise en place sous forme de  gradins étagés, appelés plateaux jurassiens que l’on nomme d’une manière générale : premier et second plateau. A l’est  des vignobles des Côtes du Jura,  on trouve  le plateau Lédonien puis le plateau de Champagnolle.
L’altitude des reliefs croit fortement de la plaine de la Bresse aux massifs du Haut Jura.

 Village des Planches-près-Arbois , falaises calcaires du jurassique moyen au fond de la reculée.  © M.CRIVELLARO

Village des Planches-près-Arbois , falaises calcaires du jurassique moyen formant le premier plateau.

- Au Pliocène (- 5 à -2 Ma)
L’érosion continue, le bas Dauphiné, le sillon molassique de l'’avant-pays savoyard, le sillon molassique suisse se soulèvent et forment les plateaux molassiques actuels drainés par de nombreuses rivières.

Au Quaternaire (- 2 Ma à nos jours)
Les grandes glaciations vont recouvrir de moraines et d’alluvions fluvio-glaciaires l’avant pays savoyard, le bas Dauphiné… Les rivières vont modeler les paysages actuels.

 

Les sols des vignobles du Jura

Le vignoble est installé sur le faisceau lédonien appelé aussi Revermont.

Le Sous-sol

On distingue deux zones dans le Revermont : le rebord du premier plateau jurassien et en avant du plateau sur la Bresse : la zone des collines

  • Le rebord du premier plateau est  coiffé par une couche  de calcaire dur du Jurassique moyen (bajocien) qui recouvre d’épaisses séries de marnes et argiles du Trias et du Lias.
  • les collines, sont  constituées également par d’épaisses séries de marnes et argiles du Trias et du Lias. Ces séries ont été transportées sur la Bresse lors du chevauchement, puis plissées et faillées. L’érosion intense à l’époque a creusé, raboté les couches de calcaires  du bajocien et porté à l’affleurement les couches liasiques et triasiques.  

Ensemble des couches sédimentaires qui  forment les coteaux du Jura

  1. A la base des coteaux et des collines, on trouve  les formations triasiques constituées par des couches d’argiles et des marnes irisées.
    Elles sont recouvertes par les formations liasiques (Jurassique inférieur)  constituées de marnes et de calcaires. (marnes grises)
      .
  2. En haut des coteaux, la corniche de calcaire jaunâtre du Jurassique moyen  (Bajocien et Aalénien) couronne l’ensemble. Érodés et altérés au fil du temps, les matériaux calcaires de la corniche vont rouler sur les versants et recouvrir par éboulis les formations triasiques et liasiques.

 Les sols

Les sols sont caillouteux, peu épais fait d’un mélange soit de marnes (marnes irisées rouges et vertes du Trias, marnes grises du Lias), d’argiles et d'éboulis calcaires, provenant  de la corniche calcaire sur les terrains pentus, soit d’un mélange d’argiles et de chailles (argiles à chailles) sur les replats et les pentes faibles. Les chailles sont des rognons siliceux à cassure mate provenant  de la dissolution des calcaires et des marnes en place.

Sols et sous-sol des vignobles du Jura

 Les différents sols

  • Sur les formations triasiques  (argiles et des marnes irisées du trias), les sols sont argileux, argilo-siliceux, de couleur  noire ou rouge lie-de-vin favorables aux vins rouges et rosés.
  • Sur les formations liasiques marneuses, les sols sont de couleur grise. (marnes bleues du lias).
  • Sur les formations recouvertes par les éboulis de calcaires bruns provenant du plateau, les sols sont bruns caillouteux et argileux, argilo-calcaires.
  • Localement, là où les argiles à chailles sont présentes, les sols sont  argilo-siliceux .
 

Les sols des vignobles du  Bugey

Le vignoble du Bugey est implanté sur  la pointe méridionale du Massif du Jura.   La géologie du Bugey  est identique à celle du Massif du Jura. Elle  résulte du plissement et du glissement, à l'ère Tertiaire pendant le soulèvement alpin, des couches de sédiments triasiques, jurassiques et crétacés déposés par les mers au Mésozoïque à l’emplacement du Jura. 

Au Miocène, les zones de dépression (les sillons molassiques) formées à l'est et au sud du Massif du  Jura vont se remplir de grandes quantités de matériaux alluvionnaires détritiques (sables, graviers, argiles) arrachés par l’érosion aux massifs environnants. Ces matériaux vont se consolider en conglomérats et en en grès à ciment argilo-calcaire appelés molasses.

Au Quaternaire, les glaciers alpins recouvrent la région,  déposent des moraines  et forment des terrasses alluviales le long des fleuves.

Au cours des différentes périodes géologiques, les terrains sont plissés, faillés, érodés, entaillés par les rivières, le relief  montagneux accidenté aux vallées étroites de la région du Bugey se façonne.

Cerdon - Mérignat- Vignes sur sol marno-calcaire du Jurassique - © M.CRIVELLARO

Cerdon - Mérignat- Vignes sur sol marno-calcaire du Jurassique.

Cerdon - Mérignat - Sol marno-calcaire du Jurassique - © M.CRIVELLARO

Cerdon - Mérignat - Sol marno-calcaire du Jurassique.

   

Le sous-sol

Le sous-sol  des vignobles est principalement constitué  de séries de marnes et de calcaires  du Trias, du Lias et du Crétacé. A l’est et au sud de l’aire d’appellation "Bugey", certains vignobles  reposent sur des moraines glaciaires (collines morainiques du bassin de Belley),  sur des terrasses alluviales ou sur des formations molassiques.

Les Sols

Très dispersés sur une vaste région, les vignobles sont plantés sur les types de sols suivants :

- Sur les formations de marnes et de calcaires du Mésozoïque, les sols sont calcaires ou argilo-calcaires,  avec des éboulis calcaires en bas de versant.

- Sur les formations quaternaires (terrasses alluviales et moraines), les sols sont argileux,  et graveleux..

- Sur les formations molassiques, les sols sont argilo-siliceux.

 

Réference bibliographiques :