Beaujolais : Le vignoble

Carte des appellations du Beaujolais

Carte des appellations du Beaujolais - © M.CRIVELLARO
 

Situation des vignobles du Beaujolais

La zone géographique de l'appellation d'origine contrôlée " Beaujolais" s’étend sur la bordure orientale du Massif central entre la rivière Saône à l'est et  les monts du Beaujolais à l'ouest. Installée sur les départements du Rhône et de Saône-et-Loire, elle constitue le prolongement méridional de la Bourgogne viticole. Le vignoble commence au delà de la ville de Mâcon, après les vignobles du Mâconnais et s'étend sur une longueur de 50 kilomètres jusqu'aux monts du Lyonnais aux abords de Lyon.   
D'est en ouest, sur une largeur d'environ 15 kilomètres, le vignoble couvre les coteaux et les collines aux croupes arrondies qui grimpent par paliers de la plaine de la Saône  jusqu'aux monts du Beaujolais à l'ouest. Le vignoble adossé à la bordure orientale du Massif central est planté entre 180 mètres et 550 mètres d'altitude.

L'aire géographique de l'appellation d'origine contrôlée " Beaujolais" concerne le territoire de 85 communes du département du Rhône et 11 communes du département de Saône-et-Loire.
L'aire géographique de l'appellation d'origine contrôlée " Beaujolais" bénéficiant de la mention « Villages » concerne  le territoire de 30 communes du département du Rhône et 8 communes du département de Saône-et-Loire situées dans la partie nord de la zone viticole (voir carte des appellations Beaujolais ci-dessus - vinsvignesvignerons.com).

Le Beaujolais fait partie administrativement de la région Bourgogne-Franche-Comté.

Le climat  du Beaujolais

Le vignoble est soumis à un climat tempéré à tendance continentale.  Les contreforts du Massif central protègent le vignoble des perturbations océaniques et tempèrent l'influence méditerranéenne. 

Géologie - Pédologie  du Beaujolais 

Le sous-sol:

Le vignoble du Beaujolais s’étend sur la bordure orientale du Massif central, au soubassement d'origine hercynienne. Le substrat rocheux du socle hercynien du Massif central est composé de roches granitiques, volcaniques et métamorphiques qui affleurent dans les coteaux nord de la zone géographique de l'appellation.
Au sud de Villefranche-sur-Saône jusqu'aux monts du Lyonnais, le socle hercynien a été recouvert au Jurassique par des sédiments marins, le sol qui porte les vignobles est argilo-calcaire.
Dans la vallée de la Saône et les bas de coteaux, il a été recouvert de matériaux détritiques plus ou moins grossiers mêlés entre-eux ou non, issus de colluvions, de cônes de déjection ou de dépôts alluvionnaires formant les terrasses anciennes mises en place au quaternaire. Les sols sont limono-argileux.

Les sols 

Les sols issus de ces différentes formations géologiques sont  variés, on distingue trois types de sols :

  • des sols sableux ou argileux à réaction acide au nord de la zone géographique. Ils sont issus de roches primaires volcaniques, granitiques, schisteuses et triasiques gréseuses altérées et désagrégées en sables, sables grossiers, argiles et pierraille d'épaisseur variable.
    Les formations granitiques dominent. Le granite de couleur rose saumon  désagrégé en arène granitique sableuse appelée "gore" en Beaujolais donne des sols acides, pauvres et filtrants sur lesquels sont implantés les crus du Beaujolais. Ils sont au nombre de dix avec leur propre appellation: Brouilly, Côte de Brouilly, Chénas, Morgon, Fleurie, Chiroubles, Juliénas, Moulin-à-Vent, Saint-Amour, Régnié.
  • des sols plus profonds, argileux et argilo-calcaires au sud de la zone géographique. Ils émergent sur le substrat sédimentaire calcaire d’âge jurassique.  Sur ces terroirs sont produits les vins d’appellation d'origine contrôlée "Beaujolais" proprement dit.
  • le troisième type de sol, dit: limono-argileux, se trouve en bas de pente, au pied des coteaux et sur les terrains allant de la vallée de la Saône, à la partie basse des collines adossées aux monts du Beaujolais. Ces terrains relativement plats sont recouverts de sédiments détritiques arrachés par  l'érosion aux reliefs environnants, mêlés ou non aux sédiments fluviatiles récents apportés par les crues de la Saône sous forme d’argiles, ou aux limons déposés par le vent sous forme de loess*. On y produit des vins plus légers.

*Le lœss (ou loess) est une roche sédimentaire détritique meuble formée par l'accumulation de limons issus de l'érosion éolienne.

 Juliénas - Sol de granite rose - © M.CRIVELLARO

 Juliénas - Sol de granite rose.

A.O.C Brouilly - Sol argilo-calcaire en bas de pente - © M.CRIVELLARO

  A.O.C Brouilly - Sol argilo-calcaire en bas de pente.

Chénas - Sol de sables grossiers issus de granite, avec localement des veines de manganèse - © M.CRIVELLARO

Chénas - Sol de sables grossiers issus de granite, avec localement des veines de manganèse.

Morgon - Sol de roches cristallines altérées (schistes pyriteux) avec plus ou moins d'argile - © M.CRIVELLARO

Morgon - Sol de roches cristallines altérées (schistes pyriteux) avec plus ou moins d'argile.

 

Les grandes étapes de la formation géologique du sous-sol de la région du Beaujolais 

Au Carbonifère (- 360 à - 295 millions d'années), les continents finissent de se rassembler pour former un continent unique: la Pangée. Les collisions continentales donnent naissance à une chaîne de montagne: la chaîne hercynienne qui va du Portugal à l'Europe centrale.  Le Massif central  fait partie de cette haute chaîne de montagnes.

Au Permien (- 295  à - 245 millions d'années), dernière époque de  l’ère Paléozoïque, les contraintes de collisions s'estompent, la chaîne hercynienne s'abaisse  et  subit une érosion intense. Les roches chaudes en profondeur remontent, fondent, se transforment en profondeur en  granites et en surface en roches magmatiques lors d' éruptions volcaniques.  L'érosion intense aplanit le Massif central en une vaste pénéplaine post hercynienne,  formée de roches métamorphiques et granitiques. Ce soubassement de roches  d'origine hercynienne est appelé socle primaire.

Au Mésozoïque (- 245 à à - 65 millions d'années) -  Durant cette ère , à l'époque du Trias ( - 245 à - 205 millions d'années), une mer peu profonde recouvre la région pendant de longues années et  dépose sur le socle primaire  des couches importantes de sédiments : sables siliceux du Trias, argiles, calcaires. Au Jurassique (- 205 à - 135 millions d'années) , deuxième époque de l'ère Mésozoïque, la mer dépose des calcaires jurassiques. Ils ont donné une pierre à bâtir jaune orangée appelée « Pierre dorée » caractéristique de la région.

Au Cénozoïque ( - 65 à - 1.8 millions d'années), la surrection des Alpes, sous la poussée du continent africain, soulève progressivement l'ensemble du Massif central et ses premiers contreforts: les monts du Beaujolais. L'activité tectonique et magmatique est importante. Les contraintes de collisions s'estompent vers - 35 millions d'années, une zone d’extension se forme, un rift nord-sud traverse la France et donne naissance au fossé d’effondrement du bassin de la Saône.
Par contrecoup, les bordures du bassin se relèvent, un ensemble de petites montagnes, les monts du Beaujolais se forment, ils  culminent à différentes altitudes (le point culminant est  le mont Saint-Rigaud 1009 m). L'érosion va ramener doucement le socle primaire en surface et  modeler avec l'aide de plusieurs petites rivières et affluents de la Saône (la Mauvaise,  l'Ardières, la Vauxonne, le Nizerand, l'Azergues, la Brévenne, la Turdine, ...)  le paysage de collines arrondies qui portent le vignoble du Beaujolais.

Au Quaternaire ( -1.8 millions d'années à nos jours)  des sables, des argiles, des alluvions se déposent dans le sud du Beaujolais et dans la vallée de la Saône. Durant cette période, pendant les différentes périodes glaciaires qui se succèdent , les rivières creusent leur vallée et forment des terrasses alluviales.  

Altérées au cours du temps, les roches primaires  affleurent aujourd’hui au nord de la zone viticole et composent les terroirs granitiques, volcaniques et schisteux de deux des principales appellations du Beaujolais: "Beaujolais-Villages" et "Crus du Beaujolais". Au sud de Villefranche-sur-Saône jusqu'aux monts du Lyonnais, les couches sédimentaires constituées de roches calcaires et marneuses du Jurassique sont restées en place, disloquées par les mouvements orogéniques et l'érosion, elles constituent les terroirs de l'appellation "Beaujolais" proprement dite. (Plus d'informations dans la rubrique formation du Massif central sur vinsvignesvignerons.com) 

Paysages viticoles du Beaujolais

Dominé par les "Monts du Beaujolais" à l'ouest, premiers contreforts du Massif-central dont l'altitude avoisine les 1000 mètres (Point culminant mont Saint-Rigaud 1009 m), le vignoble du Beaujolais principalement orienté à l'est et au sud est installé à une altitude comprise entre 180 mètres et 550 mètres sur un relief vallonné de coteaux et de collines aux croupes arrondies, sculptées au fil du temps par de nombreux petits cours d'eau qui descendent des hauteurs, drainent le sol et se jettent dans la Saône.
On distingue dans le paysage du Beaujolais viticole deux régions au nord la région des crus aux reliefs en croupes arrondies sur les formations anciennes d'âge paléozoïque et au sud le pays des pierres dorées aux reliefs plus vigoureux sur les formations sédimentaires datant du Mésozoïque. Le pays des pierres dorées doit son nom aux maisons de pierre calcaire de teinte jaune orangée qui prennent une couleur resplendissante au soleil couchant .

Vues du vignoble dans la zone des crus:

Chénas - Le village de Chénas entouré de ses vignobles. Les vins peuvent être commercialisés en A.O.C Chénas ou Moulin-à-Vent - © M.CRIVELLARO

Chénas - Le village de Chénas entouré de ses vignobles. Les vins peuvent être commercialisés en A.O.C Chénas ou Moulin-à-Vent.

Chiroubles - Cru du Beaujolais - © M.CRIVELLARO

Chiroubles - Cru du Beaujolais.

Fleurie - Le vignoble et la chapelle de la Madone - © M.CRIVELLARO

Fleurie - Le vignoble et la chapelle de la Madone.

Fleurie - Vue sur le vignoble adossé à la chaîne des crêtes depuis la Chapelle de la Madone - © M.CRIVELLARO

Fleurie - Vue sur le vignoble adossé à la chaîne des crêtes depuis la Chapelle de la Madone.

Fleurie - Sur les pentes de la colline de la Madone, la roche mère composée de granite affleure - © M.CRIVELLARO

Fleurie - Sur les pentes de la colline de la Madone, la roche mère composée de granite affleure.

Fleurie - Le vignoble surplombe la vallée de la Saône et le village - © M.CRIVELLARO

Fleurie - Le vignoble surplombe la vallée de la Saône et le village.

Fleurie - Coquelicots et vignes au pied de la chapelle de la Madone - © M.CRIVELLARO

Fleurie - Coquelicots et vignes au pied de la chapelle de la Madone.

Morgon - Le village et les monts du Beaujolais vers Chiroubles - © M.CRIVELLARO

Morgon - Le village et les monts du Beaujolais vers Chiroubles.

Morgon - Lieu-dit Côte du Py - © M.CRIVELLARO

Morgon - Lieu-dit Côte du Py.

Villié-Morgon - Vignoble A.O.C Morgon - © M.CRIVELLARO

Villié-Morgon - Vignoble A.O.C Morgon.

Villié-Morgon - Cadole dans les vignobles - © M.CRIVELLARO

Villié-Morgon - Cadole dans les vignobles.

Pizay - Le vignoble et les monts du Beaujolais route de Pizay - © M.CRIVELLARO

Pizay - Le vignoble et les monts du Beaujolais route de Pizay.

Juliénas - Le vignoble autour du village de Juliénas - © M.CRIVELLARO

Juliénas - Le vignoble autour du village de Juliénas.

Vignobles de Brouilly - © M.CRIVELLARO

Vignobles de Brouilly.

Encépagement

Vins rouges: cépage gamay noir à jus blanc.
Vins blancs : cépage chardonnay 

Superficie du vignoble 

19 000 ha (données 2008)

Production annuelle

Près de 1 000 000 hl/an  (données 2008)

Types de vins produits

Le Beaujolais est principalement un vin rouge issu du  cépage gamay noir à jus blanc. La méthode traditionnelle de vinification des vins rouges utilise la macération semi-carbonique qui permet d'élaborer des vins rouges aromatiques et fruités.
La production de vins blancs et de vins rosés est confidentielle.

Une grande gamme de vins

La région produit également des vins "primeurs" ou "nouveaux",  dits vins de fête.
A côté du vin de fête, léger et gouleyant, à boire dans l'année, on trouve des vins de qualité supérieure, de garde, caractérisés  par la position et l'orientation du vignoble sur les coteaux, haut ou bas de pente, par le degré d'altération de la roche qui constitue le sous-sol des différents terrains où sont implantés les vignes (roches granitiques, schisteuses, magmatiques ou calcaires), autrement dit par le terroir. L' influence  du terroir se retrouve dans chaque vin de la région viticole.

Les vins du Beaujolais se répartissent en trois grandes catégories: les vins d'appellation  régionale "Beaujolais", les vins d'appellation sous-régionale "Beaujolais-Villages" et les vins d'appellation communale appelés "crus du Beaujolais".

Les vins d'appellation d’origine contrôlée « Beaujolais »

L'appellation d'origine contrôlée "Beaujolais" est une appellation régionale.  L'aire de production des vins d’appellation d'origine contrôlée "Beaujolais"   environ 7200 ha en 2008 s'étend sur les terrains calcaires datant du Jurassique situés au sud de la commune de Villefranche-sur-Saône  jusqu'aux monts du Lyonnais. Les sols des terrains sont à dominante argilo-calcaire. Les vins produits sous les trois couleurs sont principalement des vins rouges fins, légers,  le calcaire  apporte au vin, une touche de dureté agréable.
L'appellation d'origine contrôlée "Beaujolais" est également produite, mais en petit volume, au nord de Villefranche-sur-Saône le long de la Saône sur une frange de terroir relativement plat, recouvert de sédiments récents descendus des hauteurs environnantes, apportés par les crues de la Saône sous forme d’argiles ou par le vent sous forme de loess (voir carte des appellations Beaujolais en début d'article). Le sol est limono-argileux. Les vins produits sont les plus légers de l'appellation d'origine contrôlée "Beaujolais". 

A savoir

Selon les vins produits dans l'aire d'appellation "Beaujolais", on peut adjoindre la mention ((supérieur, primeur, nouveau) ou une dénomination géographique (nom de la commune de production des raisins) à l’appellation d’origine contrôlée « Beaujolais ».  Mention et dénomination géographique sont définies dans le cahier des charges de l'appellation.

 

Caractères des différents vins  de  "Beaujolais" :

  • Beaujolais rouges : robe légère, légers  gouleyants, fruités. Superficie: 7 125 ha - Production: 276 754 hl (source INAO 2008)
  • Beaujolais rosés :  robe lumineuse,  arômes de fruits,  ronds et frais en bouche. Petite production.
  • Beaujolais blancs :  arômes de fruits frais, d’agrumes, de fleurs blanches. Production confidentielle,
  • Beaujolais supérieurs (uniquement produits en vins rouges), ils sont issus de parcelles sélectionnées, qui présentent un rendement inférieur, et ont un degré naturel supérieur d’un demi degré aux vins d'appellation Beaujolais proprement dit. Superficie: 80 ha - Production: 3 834 hl (source INAO 2008)
  • Beaujolais  «primeur»*  et   Beaujolais  «nouveau»* : ce sont des vins rouges ou  rosés,  frais, friands, légers, gouleyants et fruités. Ils sont commercialisés à partir du troisième jeudi de novembre. Ils sont voués à une consommation rapide, dans les mois qui suivent leur élaboration. L'appellation d'origine contrôlée "Beaujolais" produit les 2/3 des vins nouveaux. 

* Les vins primeurs (ou vins nouveaux) sont des vins autorisés à une commercialisation anticipée par la règlementation des AOC. Elle est fixée au 3ème jeudi de novembre.

Les vins d'appellation d’origine contrôlée : « Beaujolais-Villages"

L'appellation d'origine contrôlée "Beaujolais-Villages" est une appellation sous-régionale.  L'aire de production des vins qui peuvent prétendre à la mention "Villages" définie dans le cahier des charges de l'appellation "Beaujolais" s'étend dans la moitié nord de la zone géographique de l'appellation, sur le territoire délimité de 38 communes situées entre Villefranche-sur-Saône et Mâcon, autour des crus du Beaujolais  et entre la zone des crus du Beaujolais et la zone d'appellation Beaujolais située au sud de  Villefranche-sur-Saône (voir carte des appellations Beaujolais en début d'article).
Le vignoble est planté sur des coteaux à une altitude comprise entre 200 et 550 mètres. En haut des coteaux, les terrains sont d’origine primaire composés de roches  granitiques et volcaniques, les sols sont limono-sableux. Les vins produits sous les trois couleurs sont principalement des vins rouges colorés et charpentés.  A mi-pente,  les cailloutis dominent le sol sableux. En bas de pente, des alluvions anciennes se mêlent aux sables, les sols sont argilo-sableux et donnent des vins plus légers. En 2008, le vignoble destiné à l’élaboration de vins bénéficiant de la mention « Villages » comptait 6300 hectares et une production annuelle de 350 000 hectolitres. 

On produit également des vins Beaujolais-Villages rouges et rosés « nouveau » et « primeur ».  

Caractères des différents vins de  "Beaujolais-Villages" :

  • Beaujolais-Villages rouges :  vins charpentés, plus colorés et de plus longue garde que les vins d'appellation d'origine contrôlée "Beaujolais" proprement dite.  
  • Beaujolais-Villages rosés : robe lumineuse,  arômes de fruits,  ronds et frais en bouche. Petite production.
  • Beaujolais- Villages blancs : arômes de fruits frais, d’agrumes, de fleurs blanches. Production confidentielle,
  • Beaujolais-Villages «primeur»*  et   Beaujolais-Villages  «nouveau»* : ce sont des vins rouges ou  rosés,  frais, friands, légers, gouleyants et fruités. Ils sont commercialisés à partir du troisième jeudi de novembre. Ils sont voués à une consommation rapide, dans les mois qui suivent leur élaboration.

Les dix "Crus du Beaujolais" 

 Ils portent les noms suivants: Brouilly, Côte de Brouilly, Chénas, Morgon, Fleurie, Chiroubles, Juliénas, Moulin-à-Vent, Saint-Amour, Régnié.

Les vins de crus sont produits sur les communes du même nom situées au nord de la zone géographique de l'appellation. Le vignoble est planté sur des coteaux à une altitude comprise entre 200 et 550 mètres. Les terrains qui portent le vignoble sont d’origine primaire composés de roches  granitiques et volcaniques. Les sols acides de granites et de schistes donnent des vins  puissants et colorés. (Informations sur chaque cru dans la rubrique Appellations Beaujolais - vinsvignesvignerons.com)

 

Les types de bouteilles

Bouteilles de Beaulolais : A.O.C Beaujolais-Villages ,  A.O.C Beaujolais Nouveau  , A.O.C Fleurie et A.O.C Morgon.

               Domaine Daniel Rampon  - Villié Morgon et Domaine Georges Duboeuf -  Romanèche-Thorins

 

La "Fête du Beaujolais nouveau" 

Chaque année, le 3ème jeudi de novembre,  l'arrivée du vin nouveau est un événement mondial, fêté au comptoir des bistrots. Des soirées sont organisées pour célébrer l'arrivée du Beaujolais nouveau.

 

La macération semi-carbonique est la méthode de vinification traditionnelle des vins rouges du Beaujolais.

Dans le Beaujolais, on vendange à la main de façon à cueillir les grappes de raisins entières avec des baies de raisins intactes. Transportées délicatement du vignoble au chai, les grappes sont transvasées entières dans des cuves sans être foulées. Les cuves sont ensuite fermées.

Écrasées sous le poids des raisins, les baies du dessous libèrent du jus, les levures transforment le sucre en alcool à l'intérieur de chaque baie de raisin. Les cuves  fermées empêchent le gaz carbonique qui se dégage au cours de la fermentation de s'échapper, il va ralentir la macération. Par ce procédé, des arômes spécifiques et un maximum de couleur vont être extraits des baies.
La macération dure en général de 4 à 8 jours, on adopte une macération courte quatre jours pour les beaujolais nouveaux, six à huit jours pour les beaujolais et beaujolais villages, et une macération plus longue dix à quatorze jours pour les crus du beaujolais pour développer les arômes et la couleur. La macération semi-carbonique terminée, on vide en bas de cuve le jus de goutte,  on presse le moût de raisin restant en cuve, pour libérer le jus de presse.
Les deux jus sont assemblés, la fermentation alcoolique se poursuit. Dans ce milieu, l'acide malique se transforme en éthanol, ce qui réduit fortement l'acidité des vins.

Les vins sont  élevés plusieurs mois en foudres de chêne pour les meilleurs crus ou mis en bouteille et commercialisés dès le troisième jeudi de novembre pour le Beaujolais nouveau.

Les vins vinifiés par macération semi-carbonique sont souples, fruités, on peut les boire rapidement.