Maconnais : Le vignoble

Carte des vignobles du Mâconnais

Carte des vignobles du Maconnais.
 

Situation des vignobles du Mâconnais

La zone géographique de l'appellation d'origine contrôlée "Mâcon" est délimitée à l'est par la vallée de la Saône, à l'ouest et au nord par  la vallée de la Grosne et au sud par les monts du Beaujolais. C'est le vignoble de Bourgogne le plus méridional.

La zone géographique couvre en bordure orientale du Massif central, à l'est des monts du Charolais,  la région des monts du Mâconnais formée par un ensemble de six chainons de direction nord-nord-est-sud-sud-ouest, inclinés vers l'est et séparés par des failles parallèles. Elle s'étend sur 50 km de long et 15 km de large entre le village de Sennecey-le-Grand, au nord et le village de Chaintré au sud situé au-delà de Mâcon.

La vigne est implanté jusqu'à 400 mètres d'altitude sur les versants en pente douce, les mieux exposés  de cet ensemble de chainons aux sommets boisés dont l'altitude atteint au point culminant 500m.

L'aire géographique de l'appellation d'origine contrôlée " Mâcon" concerne le territoire de 91 communes  du département de Saône-et-Loire, parmi lesquelles, 80 constituent la zone géographique des vins bénéficiant de la mention « Villages ».

 

Le climat  du Mâconnais 

Climat océanique à tendance méridionale.

.

Géologie - Pédologie  du Mâconnais

Formation du relief

Toute la région du Mâconnais a été affectée par la surrection du massif alpin qui a surélevé les bordures du Morvan et  mis en place les fossés d’effondrements de la Grosne et de la Bresse.  (Voir histoire géologique de la Bourgogne)

A l'Oligocène (- 34 Ma à - 23 Ma),  Après une forte période de compression, les fortes poussées de la  plaque africaine à l'origine de l'orogenèse alpine diminuent, une période dite de relaxation s'installe. Les contraintes de collisions s'estompent.  Cette phase de détente va entrainer la formation de rifts. De grands blocs s'enfoncent lentement le long de failles existantes et donnent naissance aux fossés d’effondrement de la vallée de la Saône, de la Bresse et de la Grosne,  

Au Miocène (- 23 Ma à - 5 Ma), après la phase de détente précédente,  le soulèvement alpin reprend, atteint son paroxysme, entraînant la surrection des massifs alpins, le plissement des zones externes des Alpes et se répercute sur l'ensemble de l'hexagone. La bordure orientale du Massif central à l'emplacement des monts du Mâconnais actuels se relève inclinant les terrains vers l'est. Un système de  failles de direction nord-nord-est/sud-sud-ouest mis en place lors de l'orogenèse hercynienne va rejouer à cette occasion fracturant le socle en six blocs monoclinaux , c'est à dire non plissés et donner naissance à six grands chaînons parallèles séparés par un système de failles parallèles qui forment les monts du Mâconnais actuels. Ces blocs parallèles ont coulisser perpendiculairement les uns par rapport aux autres le long des failles, glisser vers le fossé bressan et dessiner un relief en marches d'escalier incliné vers l'est.

Le travail de l'érosion qui a suivi,  a  raboté les formations marneuses tendres, mis en relief les calcaires durs, accentué les sillons entre les chainons et amené à  l’ouest et au sud, de la zone géographique les granitiques paléozoïques à l'affleurement. Le réseau hydrographique a creusé, disséqué  perpendiculairement les chainons et façonné un paysage de collines aux sommets boisés, qui offrent des versants exposés à l'ouest avec une pente plus raide que ceux exposés à l'est.

Les matériaux issus de l'érosion (sables siliceux, sables calcaires, argiles, conglomérats calcaires, ...) emportés par les eaux de ruissellement se sont répandus sur les versants des collines et ont comblé les dépressions. 

Le relief de la zone géographique présente un pendage vers l'est du à l'effondrement de la plaine de la Bresse. Les formations en place qui composent les chainons lorsque la série est complète se succèdent d'ouest en est de la façon suivante: granites ou schistes paléozoïque, puis couches triasiques qui forment une zone de dépression, couches jurassiques qui forment les sommets et les versants en pente douce à l'est et  formations détritiques cénozoïques et quaternaires dans les dépressions. (voir schéma ci-dessous de trois chainons successifs séparés par des failles)

Formations géologiques struturant les chaînons du Mâconnais -

La diversité des formations qui se succèdent d’ouest en est a engendré une grande variété de sols et de terroirs. 

(Voir également :  Histoire géologique de la Bourgogne)

Les différentes formations qui constituent le sous-sol de la zone géographique du Mâconnais

  • Formations cénozoïques et quaternaires
    Ce sont des formations détritiques (argiles, colluvions, éboulis calcaires, sables, limons, ) provenant de l'érosion des reliefs et charriés par les eaux de ruissellement et les rivières . Elles recouvrent l'ensemble de la couverture, les vallées et les dépressions. 
  • Formations mésozoïques
    Le sous-sol est composé principalement de calcaires  et de marnes déposés au cours des transgressions marines du Jurassique sur le socle hercynien.  Lorsque la mer était profonde des argiles et des marnes se sont déposées. Dans les mers peu profondes se sont déposés des coraux et dans les profondeurs moyennes des calcaires.
  • Formations triasiques
    Au Trias, les formations détritiques (sables , argiles) ont déposés les grès triasiques.
  • Formations paléozoïques
    Le socle hercynien cristallin (roches volcaniques, granites, métamorphiques) a été porté à l'affleurement dans les endroits très érodés à l'ouest et au sud.

Les types de sols du Mâconnais

Les sols sont constitués par le substrat du sous-sol, altéré sur place et par un nappage de matériaux détritiques arrachés aux reliefs et charriés des hauteurs vers le bas des versants. ces matériaux qui nappent le sol des vignobles sont des calcaires, des marnes, des argiles, des sables, des éboulis caillouteux plus ou moins grossiers.

Selon les substrats en place, on trouve :

  • Des sols marno-calcaires et argilo-calcaires couverts d'éboulis calcaires - Ils proviennent de l'altération des couches sédimentaires du Jurassique. Ils sont peu épais. Ils forment les sols des versants exposés à l'est. C'est la formation principale dans le vignoble.
  • Des sols argilo-siliceux sur substrat granitique et volcanique provenant de la décomposition et de l'altération du socle ancien. Ce type de sol est présent au sud, à proximité du Beaujolais et  localement commune de Fuissé.
  • des sols limoneux au bas de coteaux et sur les formations marneuses.

 

Les sols qui portent les vignobles  (Extraits du cahier des charges de l'appellation)

Expositions variées, sols calcaires ou acides, très pierreux ou au contraire limoneux, superficiels ou profonds, engendrent des encépagements communaux différents.

Vins rouges
Les  vignes destinées à la production de vins rouges occupent des coteaux d’expositions diverses sur des  substrats, aussi bien siliceux que calcaires.  Les vins rouges expriment tout leur potentiel, fait de fraîcheur aromatique, de fruité et de puissance, lorsqu’ils sont issus de parcelles situées sur les coteaux, aux sols issus du socle granitique, bien exposées.
Les plantations du cépage gamay N sont  préférentiellement localisées sur les parcelles présentant des sols acides, sur les franges granitiques des « chaînons » occidentaux et aux confins méridionaux de la zone géographique, près des « Monts du Beaujolais », et au nord, près du «Châlonnais ». 

Vins blancs
Les  vignes destinées à la production de vins blancs sont implantées sur des substrats calcaires. Les vins blancs acquièrent fraîcheur aromatique et équilibre, des parcelles implantées principalement sur les pentes marneuses ou aux pieds des coteaux, avec des sols argilo-limoneux

Mâcon Villages
Les vins bénéficiant de la mention « Villages » tiennent leur rondeur, leur puissance et leur  capacité de vieillissement de l’implantation des vignes sur les coteaux les mieux exposés, sur des sols issus des calcaires durs du Jurassique ainsi que sur des sols à substrat marneux plus ou moins recouverts d’éboulis calcaires.

 
Davayé - Sol argilo-calcaire constitué par le substrat calcaire du sous-sol altéré sur place - © M.CRIVELLARO

Davayé - Sol argilo-calcaire constitué par le substrat calcaire du sous-sol altéré sur place -

Solutré-Pouilly - Sol couvert d'éboulis calcaires, arrachés et charriés des hauteurs - © M.CRIVELLARO

Solutré-Pouilly - Sol couvert d'éboulis calcaires, arrachés et charriés des hauteurs.

Paysages viticoles du Mâconnais

Une succession de chaînons calcaires séparés par des vallées longitudinales

Six chainons de direction nord-nord-est/sud-sud-ouest parallèles à la plaine de la Saône composés par un ensemble de collines aux sommets boisés et aux  versants calcaires plus ou moins pentus.  Le plus long chaînon va de Sennecy-le-Grand, au nord, à Fuissé au sud.
Entre la plaine de la Saône, à l'est et  la vallée de la Grosne et le Charolais, au nord et à l'ouest, la crête des chaînons culmine parfois à 500 m d'altitude et  vignoble s'étage à une altitude qui varie entre 225 et  400 m. C'est également une région de polyculture et d'élevage.

Le vignoble éparpillé au nord de la zone géographique devient plus dense  au centre et au sud  autour des Roches de Solutré et de Vergisson, deux sites remarquables qui marquent le paysage.
Le centre et le sud de la zone géographique produisent essentiellement des vins blancs de cépage chardonnay. On note la présence de nombreuses caves coopératives. 
La pierre calcaire locale de couleur beige (calcaire à entroques) utilisée pour la construction des maisons macônnaises typiques des exploitations viticoles aux toits de tuiles plates avec une double galerie en façade  et les nombreuses églises romanes donne un charme particulier aux nombreux petits villages viticoles.
Le poète Alphonse de LAMARTINE était propriétaire d’un domaine et de vignes dans le petit village de Milly.

Vues du vignoble au sud de la zone géographique

Davayé - Vue vers le village de Solutré-Pouilly et la Roche de Solutré - © M.CRIVELLARO

Davayé - Vue vers le village de Solutré-Pouilly et la Roche de Solutré.

Solutré-Pouilly - Le vignoble - © M.CRIVELLARO

Solutré-Pouilly - Le vignoble.

Solutré-Pouilly - Paysage vallonné en montant vers la Roche de Solutré - © M.CRIVELLARO

Solutré-Pouilly - Paysage vallonné en montant vers la Roche de Solutré.

Solutré-Pouilly - Le vignoble au pied de la Roche de Solutré - © M.CRIVELLARO

Solutré-Pouilly - Le vignoble au pied de la Roche de Solutré.

Solutré-Pouilly - Sol couvert d'éboulis calcaires, arrachés et charriés des hauteurs - © M.CRIVELLARO

Solutré-Pouilly - Sol couvert d'éboulis calcaires, arrachés et charriés des hauteurs.

Solutré-Pouilly - Coteaux couverts de vignes - © M.CRIVELLARO

Solutré-Pouilly - Coteaux couverts de vignes.

Production  A.O.C

A.O.C Régionale Mâcon 27 359 hl/an en vins rouges et rosés, 214 910 hl/an en vins blancs

  • Mâcon rouges et rosés :  17 574 hl/an
  • Mâcon + dénomination géographique rouges et rosés: 9 785 hl/an
  • Mâcon blanc :              5 615  hl/an
  • Mâcon + dénomination géographique blancs: 88 635 hl/an
  • Mâcon-Villages:          120 610 hl/an

A.O.C communales

  • Pouilly- Fuissé:           42 682 hl/an
  • Pouilly-Loché:              1 987 hl/an
  • Pouilly-Vinzelles:           2400  hl/an
  • Saint-Véran:              41 129 hl/an
  • Viré-Clessé:               27 588 hl/an

Encépagement

A.O.C Régionale Mâcon 522 ha en vins rouges et rosés, 3345 ha en vins blancs

  • Mâcon rouges et rosés : 325 ha
  • Mâcon + dénomination géographique rouges et rosés: 197 ha
  • Mâcon blanc :              84 ha
  • Mâcon-Villages :       1884 ha
  • Mâcon + dénomination géographique blanc: 1377 ha

A.O.C communales

  • Pouilly- Fuissé:         764 ha
  • Pouilly-Loché:            32 ha
  • Pouilly-Vinzelles:         43 ha
  • Saint-Véran :           661 ha
  • Viré-Clessé:             389 ha

Les terroirs et les vins

Vins rouges
Les parcelles délimitées pour la récolte des raisins destinés à la production de vins rouges occupent des coteaux bien drainés, d’expositions diverses sur tous les types de substrats, aussi bien siliceux que calcaires. 
Vins blancs
Les parcelles délimitées pour la récolte des raisins destinés à la production de vins blancs se limitent aux substrats calcaires ou faiblement décarbonatés.
Mâcon "Villages"
Les parcelles délimitées pour la récolte des raisins destinés à la production de vins pouvant bénéficier de la mention « Villages » privilégient les situations dotées des meilleures conditions méso-climatiques, avec des expositions vers l’est et vers le midi, le plus souvent.

Types de vins

On produit surtout des vins blancs secs  issus du cépage chardonnay, dont plusieurs  au nom réputé ont leur propre appellation : Pouilly-Vinzelles, Pouilly- Fuissé, Pouilly-Loché, Saint-Véran et Viré-Clessé. (voir rubrique appellations).  Les vins rouges et rosés sont élaborés à partir du pinot noir  et du gamay. La production de vins rosés est pratiquement inexistante.
L' A.O.C Mâcon peut-être suivie par la mention "Villages" pour les vins blancs ou par une dénomination géographique qui indique le nom de la commune de provenance des raisins. Les vins bénéficiant de la mention « Villages » ou d’une dénomination géographique complémentaire représentent plus des trois quarts de la production.

Mâcon blancs
Les vins ont une robe jaune vert, ils sont fins, frais, aromatiques avec au nez des arômes d’amandes et de noisettes.

Mâcon rouges :
Les vins ont une robe rouge cerise à rubis foncé avec des reflets violacés, ils sont gouleyants, fruités, puissants, ronds en bouche avec des arômes de petits fruits rouges, de cassis, de framboise.

Mâcon rosés
Ce sont des vins rosés frais, gouleyants et fruités

Mâcon "Villages" blancs
Les vins produits sous l'A.O.C Mâcon-Villages sont uniquement des vins tranquilles blancs  élaborés à partir de cépage chardonnay. Ce sont des vins blancs avec une robe jaune vert, ronds, puissants, ils présentent au nez des arômes de fleurs blanches et de fruits frais, et avec le temps, des notes de sous-bois, de noisette, de miel et de pain grillé.

Mâcon "primeur" ou "nouveau" cette mention est réservée aux vins blancs ou rosés de l'année. Ce sont des vins gouleyants à boire. Ils sont mis en vente presque immédiatement après la récolte, dès que la fermentation a eu lieu environ deux mois.

Une grande diversité de vins

Les vins A.OC Mâcon et A.O.C Mâcon-Villages présentent des nuances selon la topographie, la situation bas de pente, haut de pente, expositions variées, et la nature des sols qui peuvent être calcaires, marneux, pierreux, limoneux, acides, superficiels ou profonds...

Par exemple:

Les meilleurs Mâcon rouges sont issus de raisins récoltés sur des parcelles situées sur des coteaux bien exposés, constitués de sols acides développés sur un socle d'origine granitique.

Les meilleurs Mâcon blancs sont issus de raisins récoltés sur des parcelles aux sols argilo-limoneux et situées sur des pentes marneuses ou aux pieds des coteaux.  

Les meilleurs Mâcon-Villages sont issus de raisins récoltés sur les coteaux les mieux exposés, sur des sols issus des calcaires durs du Jurassique ainsi que sur des sols à substrat marneux plus ou moins recouverts d’éboulis calcaires.

Mâcon + dénomination géographique

L’usage d’une dénomination géographique complémentaire est utilisé pour valoriser les vins produits sur le terroir d'une commune ou de plusieurs communes regroupées, du fait de la diversité des situations viticoles et des terroirs. Pour les vins blancs 26 dénominations géographiques complémentaires caractérisent  les vins blancs produits et 20 dénominations géographiques complémentaires différencient les vins rouges et rosés.

 

Les types de bouteilles

Bouteilles vins du Mâconnais - Maison Bouchard Père & Fils à Beaune.

Bouteilles représentatives des vins du Mâconnais :

Mâcon rouge, Mâcon et dénomination géographique Lugny Saint-Pierre, Mâcon- Villages, Pouilly-Fuissé, Saint-Véran - Vins produits par la  Maison Bouchard Père & Fils à Beaune