Bergeracois : Appellation Côtes de Bergerac (A.O.C)

Côtes de Bergerac (A.O.C)

Côtes de Bergerac (A.O.C)
Région : Sud-Ouest

Sous région : Bergeracois

Catégorie : AOC - AOP

Decret d'origine : 11 septembre 1936

Type d' appellation : Appellation régionale

Vins produits couleur : Vins rouges - Vins blancs -

Superficie : 1600 ha

Production : Côtes de Bergerac blanc : 70 000 hl/an -Côtes de Bergerac rouge : 25 000 hl/an

Particularités : Produits sur la même zone géographique que les vins à appellation d’origine contrôlée « Bergerac », les vins rouges proviennent de vignes à faible production avec des raisins à maturité optimale.







Dénomination - Dénominations géographiques et indications complémentaires

Côtes de Bergerac



Types de vins produits

Vins rouges -Vin blanc moelleux - Vin blanc liquoreux -Vin blanc demi-sec,



Caractéristiques des vins

Titre alcoométrique volumique naturel minimum* et volumique total* :
minimummaximum
Vins rouges: 11.5 %/vol 14.5 %/vol
Vins blancs: 11 %/vol 14.5 %/vol


Teneur en sucres résiduels : Les vins rouges doivent présenter après fermentation une teneur en sucres fermentescibles Inférieure ou égale à 3 grammes par litres.Les vins blancs doivent présenter après fermentation une teneur en sucres fermentescibles supérieure à 4 et inférieure ou égale à 54 de grammes par litres.

Potentiel de garde : Vins rouges: 5 à 10 ans - Vins blancs: 4 à 10 ans -

Température de service : Vins rouges: 16 et 17° C - Vins blancs : 10 à 12 °C

Caractère des vins :

Vins rouges: couleur sombre, arômes de fruits confits (pruneaux), d’épices ou de vanille, tanniques, les tanins fondent avec l'âge.

Vins blancs demi-secs, moelleux* à liquoreux:  couleur jaune pâle, arômes de fruits confits et miel. moelleux.

*Un vin moelleux est un vin dont la teneur en sucre est de l'ordre de 30 à 50 grammes par litre. Un vin de plus de 50 grammes de sucre par litre rentre dans la catégorie des vins liquoreux   



Mets et vins :

Vins rouges: Grillades, volailles rôties,  terrines. viandes rouges, gibiers, magrets, confits, fromages.

Vins blancs: apéritif, foie gras, volailles à la crême, fromages persillés.



Aire de production

La récolte des raisins, la vinification et l’élaboration des vins blancs, la récolte des raisins, la vinification,
l’élaboration, l’élevage et le conditionnement des vins rouges sont assurés sur le territoire des communes
suivantes du département de la Dordogne : Baneuil, Bergerac, Boisse, Bonneville-et-Saint-Avit-de-Fumadières, Bouniagues, Campsegret, Carsac de-Gurson, Colombier, Conne-de-Labarde, Cours-de-Pile, Creysse, Cunèges, Eymet, Faurilles, Flaugeac, Le Fleix, Fonroque, La Force, Fougueyrolles, Fraisse, Gageac-et-Rouillac, Gardonne, Ginestet, Issigeac, Lalinde, Lamonzie-Saint-Martin, Lamothe-Montravel, Lanquais, Les Lèches, Lembras, Lunas, Maurens, Mescoules, Minzac, Monbazillac, Monestier, Monfaucon, Monmadalès, Monmarvès, Monsaguel, Montazeau, Montcaret, Montpeyroux, Mouleydier, Moulin-Neuf, Nastringues, Naussannes, Nojals-et-Clotte, Plaisance, Pomport, Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt, Prigonrieux, Queyssac, Rampieux, Razac-d’Eymet, Razac-de-Saussignac, Ribagnac, Rouffignac-de-Sigoulès, Sadillac, Saint-Agne, Saint-Antoine-de-Breuilh, Saint-Aubin-de-Cadelech, Saint-Aubin-de-Lanquais, Saint-Capraise-d’Eymet, Saint-Cernin-de-Labarde, Saint-Germain-et-Mons, Saint-Géry, Saint-Julien-d’Eymet, Saint-Laurent-des-Vignes, Saint-Léon-d’Issigeac, Saint-Martin-de-Gurson, Saint-Méard-de-Gurçon, Saint-Michel-de-Montaigne, Saint-Nexans, Saint-Perdoux, Saint-Pierred’Eyraud, Saint-Rémy, Saint-Sauveur, Saint-Seurin-de-Prats, Saint-Vivien, Sainte-Eulalie-d’Eymet, Sainte-Innocence, Saussignac, Serres-et-Montguyard, Sigoulès, Singleyrac, Thénac, Vélines, Verdon, Villefranche-de-Lonchat.



Paysage viticole

La zone géographique s’étend  au sud-ouest du Périgord de part et d’autre de la vallée de la Dordogne entre Lalinde à l’est  et  Castillon-la-Bataille à l’ouest. La couleur des vignes en automne a donné le nom de Périgord pourpre à la région.

L’aire d’appellation concerne 90 communes. La commune de Bergerac en est le centre viticole. La route départementale n° 32 de Le Fleix à Villefranche-de-Lonchat,  les massifs forestiers du Landais, de Montclard et de Liorac marque la limite de l'appellation au nord et à l'est ;  la vallée du Dropt marque sa limite au sud. Le vignoble bordelais de l’Entre-deux-Mers et le vignoble des Côtes de Duras forment sa frontière à l’ouest.

Les paysages sont variés. La vigne omniprésente s’étale  sur un ensemble de plateaux et de coteaux ciselés par un réseau hydrographique important. La vallée de la Dordogne est réservée à la culture céréalière, au maraîchage, au tabac, aux vergers. La vigne occupe les terrasses graveleuses le long du fleuve. A proximité de la vallée du Dropt la vigne fait place aux cultures céréalières.

L’ensemble est souligné par des haies, des taillis, des vergers, des cultures céréalières et des prairies.

Vignoble des Côtes de Bergerac - Région de Monbazillac - © M.CRIVELLARO

Vignoble des Côtes de Bergerac - Région de Monbazillac.



Climat

Climat océanique atténué, avec une pluviométrie plus faible, des températures plus élevées en été et plus froides en hiver, que sur la façade atlantique. Les conditions climatiques particulières liées à la vallée de la Dordogne et au massif forestier du Landais, favorisent, en automne, l’apparition de brumes matinales suivies d’après-midi ensoleillées. Ces conditions climatiques (alternance de périodes humides et sèches) sont à l’origine du développement d’un minuscule champignon sur le raisin, le « Botrytis cinerea ». Ce champignon se développe sur les baies sous forme de "pourriture noble" ou "pourriture grise", augmente la concentration des sucres et des arômes des raisins et permet d'obtenir des vins liquoreux.

Géologie - Pédologie

Les formations géologiques datent du secondaire, du tertiaire et du quaternaire :

  • Calcaires du Crétacé
  • Marnes et argiles de l’Éocène, calcaire à astéries de l'Oligocène déposés lors des invasions marines.
  • Sables du Périgord, molasses du Fronsadais, molasses de l'Agenais roches détritiques provenant de l'érosion des massifs environnants.
  • Calcaires lacustres de Castillon et de l'Agenais mis en place dans les grands lacs existant après le retrait de la mer.
  • Graves quaternaires

Les vignobles sont installés principalement sur les terrains tertiaires (calcaires, molasses ) ou sur les terrains graveleux des terrasses qui longent la Dordogne.

(voir géologie du Bassin aquitain)

Le sous-sol en rive droite  

  • En rive droite de la Dordogne, à l'est de l'aire d'appellation, le sous-sol est constitué de calcaires marins du Crétacé, recouverts par des sables et graviers du Périgord avec des terres de couleur rouge, couleur due à la présence de fer. (Sidérolithique)
  • En rive droite de la Dordogne, à  l'ouest, le sous-sol est constitué de couches de calcaires à astéries* recouvertes par les molasses de l'Agenais, formations tertiaires constituées de sables et de grés mélangés à de l'argile.

Le sous-sol en rive gauche

  • Sur la rive gauche de la Dordogne, le sous-sol est constitué par des formations de calcaires lacustres* (Calcaire lacustre de Monbazillac, de Castillon, de l’Agenais) intercalées de couches de molasses* (Molasses de l’Agenais et du Fronsadais)

Les sols

De part et d'autres de la Dordogne le vignoble s'étage sur des terrasses, côtes et plateaux avec des sols variés: sablo-argileux, argilo-calcaires, graveleux,  boulbènes qui se sont formés sur un sous de molasses, de calcaires lacustres ,de calcaires marins ou graves du quaternaire.

Sur ces différents terrains se sont développés les types de sols suivants :

- Sur les molasses de versants, les sols sont bruns, épais, argilo-siliceux. Sur les plateaux, les sols molassiques  sont parfois riches en fer.
- Sur les calcaires lacustres,  les sols sont peu épais, argilo-calcaires.
-  Sur le calcaire à « astéries » , les sols sont  argilo-calcaires,   bruns plus ou moins épais.
-  Sur les «Sables et graviers du Périgord»: , les sols sont  argilo-limono-sableux.
- Dans la vallée de la Dordogne, sur les versants, les colluvions* de pieds de coteaux formés d'éléments fins et sur les versants de grèzes* : les sols sont argilo-calcaires.
-  Sur les alluvions quaternaires des terrasses graveleuses de la Dordogne, les sols sont arglo-graveleux.

Quelques définitions :

Grèzes*: Eboulis de pentes consolidés constitués d'éléments grossiers et anguleux issus des bancs calcaires supérieurs cassés et fendus par la gélifraction périglacaire. Ils forment le bas des pentes et s'étalent  jusque dans la plaine de la Dordagne.

Colluvions*: Dépôts de bas de pente, fins ayant subit un faible transport.

Molasses* : Les cours d’eau qui descendent des Pyrénées et du Massif central charrient en bordure de la mer qui se retire, dans les deltas, les lagunes et les lacs de grande quantité de limons ,d'argiles, de sables et de graviers qui vont former des molasses ou des calcaires plus ou moins durs.(voir également:  Les Molasses dans le Bassin d'Aquitaine)

Calcaires lacustres* :  formations sédimentaires qui se sont déposées à l’origine dans un lac. Elles ont pour origine la précipitations chimiques des éléments calcaires contenus dans les eaux qui ont traversée : les calcaires jurassiques des Grandes Causses et des Causses du Quercy, les calcaires crétacés du Périgord, et les calcaires pyrénéens. De nombreux mollusques sont présents dans ces formations qui peuvent atteindre 50 m d'épaisseur.

Sables du Périgord*:   dépôts détritiques caractérisés par une alternance de sables grossiers ou de graviers avec des intercalations d’argiles silteuses. Ils sont issus du démantèlement des arènes granitiques du Massif Central.(Sables du Périgord)

Calcaires à « astéries » et molasses de l'Agenais . A l’Oligocène (- 34 à -23 Ma ), ère tertiaire,  la mer Stampienne atteint  la région de Montravel et   dépose à l’ouest de l’aire d’appellation des calcaires à « astéries » et  à l’est des sédiments argileux. Puis la mer se retire progressivement à la fin de l’Oligocène laissant la place à de grandes zones littorales continentales et  lacustres. Les formations fluviolacustres, appelées molasses de « l’agenais » vont se  déposées sur l’ensemble du calcaire à astéries.

Alluvions quaternaires. Au quaternaire, l'érosion reprend, les fleuves déposent dans la vallée de la Dordogne, des alluvions quaternaires, constituées de graves, sables et limons qui se répartissent de façon diversifiée.



Cépages principaux pour :

Vins blancsVins rougesVins rosés Vins grisVins Doux NaturelsVins mousseux
Muscadelle, Cabernet-sauvignon,
Sauvignon, Cabernet franc,
Sauvignon gris, Merlot,
Sémillon. Côt.


Cépages complémentaires pour :

Vins blancsVins rougesVins rosésVins grisVins mousseuxVins Doux Naturels
Ugni blanc


Cépages accessoires pour :

Vins blancsVins rougesVins rosésVins grisVins Doux NaturelsVins mousseux
Chenin,
Ondenc.


Rendement de base

Vins blancs: 55 hl/ha - Vins rouges: 50 hl/ha

Régles d’encépagement* (Voir lexique)

Pour les vins blancs :

  • la proportion des cépages principaux est supérieure ou égale à 75 % de l’encépagement de l’exploitation.
  • La proportion du cépage Ugni blanc est inférieure ou égale à 25 % de l’encépagement de l’exploitation et inférieure ou égale à la proportion de l’ensemble des cépages sauvignon et sauvignon gris.
  • La proportion de l’ensemble des cépages accessoires est inférieure ou égale à 20 % de l’encépagement de l’exploitation.

Pour les vins rouges :

  • l’encépagement de l’exploitation comporte au minimum deux des quatre cépages suivants : Cabernet franc, Cabernet sauvignon, Côt et Merlot.

Chaque exploitation doit respecter des règles d'encépagement pour chaque couleur de vins produits.
Par le terme encépagement, il faut comprendre la superficie de la totalité des parcelles de vignes de l’exploitation produisant le vin de l’appellation pour la couleur considérée.
La proportion de l’encépagement est appréciée, pour la couleur considérée, sur la totalité des parcelles de l’exploitation produisant le vin de l’appellation d’origine contrôlée.



Vinification, assemblage, élaboration, élevage des vins

  • Les vins proviennent de raisins récoltés à bonne maturité.
  • Maturité du raisin
    Ne peuvent être considérés comme étant à bonne maturité les raisins présentant une richesse en sucres inférieure à :
    • 187 grammes par litre de moût pour les cépages à vins blancs.
    • 198 grammes par litre de moût pour les cépages à vins rouges.
  • Les vins sont vinifiés conformément aux usages locaux, loyaux et constants.
  • Assemblage des cépages.
    - Les vins rouges proviennent de l’assemblage de raisins ou de vins issus d’au moins deux cépages.
    - Pour les vins blancs, la proportion de l’ensemble des cépages principaux est supérieure ou égale à 50 % de l’assemblage.
  • Les vins rouges sont élevés durant une période qui s’achève au plus tôt le 30 novembre de l’année qui suit celle de la récolte dont au moins 2 mois en bouteilles.
  • Date de mise en marché à destination du consommateur
    - Les vins blancs sont mis en marché à destination du consommateur selon les dispositions de l’article D.645-17 du code rural et de la pêche maritime.
    - A l’issue de la période d’élevage, les vins rouges sont mis en marché à destination du consommateur à partir du 15 décembre de l’année qui suit celle de la récolte.
  • Étiquetage
    Les vins blancs sont obligatoirement présentés sur l’étiquetage avec les indications « demi-sec », «moelleux » ou « doux » correspondant à la teneur en sucres fermentescibles (glucose et fructose) présente dans le vin, telle qu’elle est définie par la réglementation communautaire


Organismes

Fédération des Vins du Bergeracois (FVB)

Pôle viticole des vins de Bergerac
Bridet Sud
24112 Bergerac Cedex

Tel : 05.53.24.71.77

Président(e) : Monsieur Paul-André Barriat
Contact : contact@fvbergerac.fr



Les appellations > Toutes les appellations